geosel historique

HISTORIQUE

 

1958 AUX ORIGINES DU PROJET

La belle histoire de Géosel débute bien avant 1967, date de la création de la société…

En effet, avec la fermeture temporaire du canal de Suez, en 1956, et la menace qu’elle fait peser sur l’approvisionnement en produits pétroliers de la France, le gouvernement prend conscience de la nécessité de stocker des produits pétroliers à des fins stratégiques.

Par le décret du 10 mars 1958, il impose aux raffineurs et aux distributeurs de conserver une quantité égale au quart de la consommation civile des douze mois précédents.

decret
paysage
 

1962/1967 RECHERCHE D’UN SITE APPROPRIÉ, LE CHOIX DE MANOSQUE ET LA CRÉATION DE GÉOSEL

Entre 1962 et 1966, des études exploratoires sont menées, en Alsace, en Bresse, dans le Valentinois et dans la région de Manosque, sur des sites salins susceptibles d’accueillir un stockage souterrain.

En septembre 1965, la société française des pétroles BP et la société française Shell s’associent pour créer la société de stockage géologique Géostock. Elles sont ensuite rejointes par la Compagnie française de raffinage (Total) et Elf Union.

Le 28 septembre 1967, ces mêmes actionnaires créent la société Géosel-Manosque pour le stockage de Manosque et la société Géopipe pour la création et l’exploitation des pipelines.

Le site de Manosque retient l’attention grâce à :
I. La présence d’un gisement de sel étendu de 8 hectares, au lieu-dit « Passaire ».
II. La proximité des raffineries et du port pétrolier de la zone méditerranéenne à Berre (à 65 km), La Mède (à 84 km) et Lavéra (à 95 km).
III. La possibilité, suite à la signature d’un accord avec les « Produits Chimiques du Midi » d’évacuer les saumures de lessivage dans l’étang, récemment asséché, de Lavalduc, près de Fos.

 
 
noir et blanc chantier 1 noir et blanc chantier 2

1967/1968 CONSTRUCTION DES PIPELINES ET DES INSTALLATIONS DE SURFACE

Pré-requis pour la création des cavités de stockage, la construction des pipelines et des installations de surface démarre en 1967.

Avant d’être utilisé pour les mouvements d’hydrocarbures, le pipeline GSM1, entre Passaire et Lavéra sert, dans un premier temps, à évacuer la saumure de lessivage. Long de 97,7 kilomètres, il a un débit maximal de 1950 m3/h en déstockage et de 1000 m3/h en stockage.

La construction d’un pipeline d’alimentation en eau de 15 km, reliant La Brillanne et Passaire, s’achève en 1968.

Parallèlement, les travaux de construction concernent :

  • Le centre de stockage de Passaire.
  • Une station de pompage à la Brillanne, pour alimenter le site de Passaire en eau douce.
  • Une station de pompage à Lavéra pour acheminer les hydrocarbures vers Passaire.
  • Une station relais à Rognac (Berre).
  • Des postes de livraison d’hydrocarbures à Lavéra et à la Mède.
     

 

1969 CREUSEMENT DES CAVITÉS ET MISE EN SERVICE DU STOCKAGE

Le Projet « Manosque I » débute le 2 octobre 1967 avec le forage de la première cavité. Il en sera creusé 18, en plusieurs phases. Elles commencent à être remplies de produits pétroliers à partir du 15 juillet 1969.

La même année, un accord est signé avec la Compagnie des Salins du Midi pour la vente de saumure et le stockage à Lavalduc.

chantier
 
neige valley

1972/1974 CRÉATION DU 2ÈME PIPELINE ET CREUSEMENT DES CAVITÉS (2ème PHASE)

Le Projet « Manosque II » est initié le 12 octobre 1972 par le lessivage de 6 cavités, il concerne au total 11 cavités de stockage et 2 cavités en production de sel. Il comprend aussi le doublement des canalisations pour faire face à la nécessité d’agrandir le stockage. A cette fin, le pipeline GSM2 (78km) entre la station de Passaire et l’étang de Berre est posé en novembre 1973. Les travaux s’achèvent en 1974 avec le raccordement de la station Géopipe de Rognac à la raffinerie de Shell à Berre

tete du puits
 

1975/1983 L’APRÈS CHOC PÉTROLIER

Avec le 1er choc pétrolier de 1973, le stockage de Manosque, initialement conçu pour un nombre d’opérations limitées (deux déstockages complets à l’eau douce), voit ses entrées et sorties de produits augmenter et commence à entrevoir une fonction opérationnelle.

En 1975, le pipeline GSM2 est prolongé jusqu’aux étangs de Lavalduc et Engrenier, portant sa longueur totale à 96,5 km.

Deux nouvelles stations de pompage Géopipe et Gisel sont construites à Engrenier.

L’utilisation de la saumure pour déplacer les hydrocarbures stockées, supprime la contrainte de déstockage à l’eau douce. Cela devient un atout majeur pour Géosel.

Le développement de « Manosque II », complété d’une nouvelle cavité, se poursuit jusqu’en 1983.

1977 CRÉATION DU PARC NATUREL RÉGIONAL DU LUBERON

La création du Parc Naturel Régional du Luberon est due aux richesses naturelles et culturelles du Luberon. La biodiversité, les traditions et le savoir-faire spécifique font l'objet de toute les attentions du PNRL. Le projet du PNRL s'inscrit dans une démarche de développement durable et de préservation de l'environnement. Géosel situé en plein cœur du parc veillera depuis cette date à entretenir une cohabitation respectueuse entre ce milieu naturel sensible et son activité industrielle.

logo parc naturel régional du luberon
paysage valley
 

1985 UNE ACTIVITÉ RALENTIE

Suite à l’évolution de la réglementation sur les stocks stratégiques et la baisse de la consommation française de produits pétroliers, l’activité de Manosque est réduite et le site est mis en sommeil en 1985. Bien que les canalisations entre Lavéra, La Mède et Rognac continuent à être utilisées, la survie de l’outil de stockage est incertaine.

salle de contrôle
vue aérieene géosel
 

1988/1995 LA RELANCE

Les intérêts communs de Géosel et de Gaz de France aboutissent à une relance de l’activité, concrétisée par la signature, à l’automne 1988, d’accords long-terme pour la location de sept cavités pour le stockage de gaz naturel.

Le GIE Géométhane, avec un actionnariat égal de Geostock et de Gaz de France, est créé le 5 juin 1989.

Au début des années 1990, l’activité de Géosel est réduite, limitée aux besoins opérationnels des raffineries ou de la pétrochimie locale.

Les études d’ingénierie pour l’équipement des puits et des plates-formes sont effectuées de 1990 à 1991 et les opérations de re-lessivage des cavités débutent en 1990 pour prendre fin en 1995.

 
 

1995/1998 REDÉMARRAGE DE L’ACTIVITÉ

A partir de 1995, l’activité de stockage stratégique redémarre suite à l’augmentation des besoins de la Société Anonyme de Gestion des Stocks de Sécurité (SAGESS).

Un plan de modernisation des installations est lancé, en particulier pour répondre à ces besoins nouveaux.

En parallèle, plusieurs études sont menées pour diversifier le type de produit stocké : stockage de GPL (projet « Géopropane ») ou stockage d’éthylène. Ces études n’auront toutefois pas de développement concret dans le contexte de chute des cours pétroliers en 1998.

vue aerienne
 

2003/2007 DÉVELOPPEMENT DU STOCKAGE STRATÉGIQUE ET MISE EN SERVICE DU 3ÈME PIPELINE

La SAGESS souhaite accroître ses stocks à Manosque pour faire face à l’augmentation de l’obligation de stocks de réserve. Cela se concrétise par la signature le 26 juin 2003 de plusieurs contrats entre Géosel et SAGESS prévoyant la construction d’un nouveau pipeline et des installations associées, et la location de volumes à long terme pour l’entreposage des stocks de sécurité.

En 2004, le projet « NCS » (Nouvelles Cavités SAGESS) voit le jour. Deux nouvelles cavités sont creusées, puis une unité de filtration et un émissaire de rejet en mer sont construits pour l’évacuation des saumures de lessivage.

Le nouveau pipeline (nommé « PSM » Pipeline SAGESS Manosque) est mis en service le 9 novembre 2007.

pipeline sagess
salle ordinateur géosel
 

2010/2017 NOUVEAUX ENJEUX

Un incident survenu le 1er mai 2010 conduit à intensifier le plan de rénovation des installations. A cette occasion, diverses améliorations techniques sont mises en œuvre.

En juin 2012, un nouveau bâtiment est inauguré.

Les deux nouvelles cavités « NCS » sont mises en service en 2013 et 2014.

Géosel a aujourd’hui une capacité de stockage de 9,2 Mm3.

En 2015, une évolution notable de l’actionnariat de Géosel intervient avec l’arrivée d’un nouvel actionnaire : TSH (Transport Stockage Hydrocarbures).

 

© Géosel 2018 - Mentions légales